Coeur d'Aryenne de Jean Malonga

Publié le par Juvénale Obili

J'ai lu Coeur d'Aryenne il y a une année. Jusqu'à lors, ce que j'en avais retenu n'a pas quitté mes pensées. C'est un message très fort qui a pris racine en moi.
*
Jean Malonga, C'est d'abord le premier écrivain de la littérature moderne congolaise d'expression française. Coeur d'Aryenne son premier roman est de ce fait, le premier acte de la littérature congolaise. Ainsi, Jean Malonga est, sans contester, le patriarche des écrivains congolais. Certains documents disent qu'il est né à Kibouendé au Moyen-Congo; d'autres qu'il serait né à Brazzaville. Néanmoins toutes les sources s'entendent pour dire qu'il est né le 25 février 1907. De 1948 à 1955, il siège à l'assemblée nationale comme sénateur de la Ve république française.
 
Romancier et conteur, il étudie les mœurs et coutumes du Congo. En outre, il se penche sur le problème des relations entre Blancs et des Noirs, en défendant également les intérêts des populations autochtones. Il décède le 1er Août 1985 à l'âge de 78 ans.
En dehors de Cœur d'Aryenne, Jean Malonga a publié d'autres œuvres littéraires parues aux Ed. Présence Africaine, à Paris.
 
Cœur d'Aryenne a été publié en 1953 dans un numéro spécial de la revue Présence Africaine. Il est réédité en 2013 par les Ed. Hemar et Présence Africaine dans le cadre de la célébration des 60 ans de la littérature congolaise.
 
Préfacé par Henri Djombo, Coeur d'Aryenne contient 191 pages subdivisées en trois parties : le sauvetage, la déclaration et la fin du monde. On retrouve des personnages singuliers: Mambeké, le jeune homme noir et Solange, la jeune fille blanche mettent du moteur dans l'histoire. Il y a aussi Yoka et Tango qui sont les parents de Mambeké; Roch Morax et Marie-Rose qui sont les parents de Solange; ainsi que les autres personnages secondaires.
 
Coeur d'Aryenne est écrit avec une tonalité tragique. En effet, le narrateur démontre passionnément -dans une position de focalisation zéro où il aborde un point de vue omniscient- sa connaissance de l'histoire.
 
Coeur d'Aryenne aborde le thème de l'amour inter-racial et l'injustice que les Blancs infligeaient aux noirs à l'époque de l'auteur. L'intrigue se déroule à Mossaka, à l'époque coloniale. Le père de la jeune française est un colon sans scrupule, raciste et alcoolique qui considère l'homme noir comme sa chose, un être très inférieur à lui. Il règne en maître absolu sur Mossaka. Lorsque, bien plus tard, il découvre que sa fille Solange, a un enfant de Mambeké, il libère toute son agressivité tout en étant conscient que ce dernier est totalement acquis à la culture occidentale. Solange, quant à elle, n'échappera pas à sa furie et ne pourra sauver son enfant qu'en tuant son père.
 
On remarque que derrière le comportement raciste du colon, c'est toute la cruauté d'une culture dominante qui est dénoncée et à laquelle résiste le jeune couple jusqu'à ce que leur amour défile au drame: Solange se donne la mort.
 
Pourquoi Cœur d'Aryenne ?
Ce titre fait allusion à la jeune fille blanche, Solange. C'est une Aryenne qui n'a rien de commun avec sa race du point de vue mental et moral. Son amour pour Mambeké en est la preuve. On le comprend bien à la page 119 où les deux jeunes se déclarent leur amour. Solange arrache son cœur d'Aryenne et l'offre à Mambeké. Symboliquement, pour signifier qu'il doit désormais la considérer comme sa femme et reconnaitre que cette blanche de la race Aryenne a un cœur rempli de bonté, d'amour et de bienfaisance. Historiquement, la race humaine aryenne tire son origine de l'Allemagne où elle était considérée comme supérieure à toute autre race et se devait de conserver sa pureté. Donc, Coeur d'Aryenne est un hommage au cœur de Solange, la jeune fille blanche citoyenne du monde.
 
Quel message Jean Malonga a voulu nous faire passer à travers cette œuvre ?
Coeur d'Aryenne est un roman de lutte qui dénonce le racisme sous toutes ses formes. Il s'y dégage un message de l'unité nationale qui pour moi, est un bel exemple à suivre. Originaire du Pool, Jean Malonga parle de Mossaka avec élégance comme si c'était son village natal. On décrypte une alerte contre le tribalisme dans un élan de patriotisme et d'unité dans la diversité.
 
 
 
 
Je vous le recommande
Juvénale Obili
 
Extrait du ''Likouba'' ( une langue parlée par les habitants de Mossaka ):
- Mouana ondelé okiti o mai = l'enfant du blanc est tombé à l'eau.
- Io, na oki, ondelé = oui, j'ai bien compris, blanc.
- Ondelé-N'dombé = Blanc-Noir, titre péjoratif dont usent les africains pour désigner les évolués.
- Mobalé-O-Tembé = le joli mâle.
 
Références:
Jean Malonga, Coeur d'Aryenne, Paris, Présence Africaine, 2013.
Prix : 7 euros
En vente sur toute l'étendue du territoire congolais.

Commenter cet article