La coureuse des vents de Louenas Hassani

Publié le par Nathasha Pemba

Louenas est un Algéro-canadien d’origine Kabyle. Il est enseignant en Ontario. La coureuse des vents est son premier roman. Écrit dans un style philosophico-poétique, le roman La coureuse des vents effleure diverses questions: l’identité, l’altérité, la fraternité, la complémentarité entre les civilisations, le rapport religion-état, la question de la liberté individuelle. 

L’histoire du roman est doublement portée par une dimension fictive et une dimension réelle qui s’inspirent des sciences humaines et sociales.

L’essentiel du roman tourne autour d’un personnage féminin par qui se dévoilent toutes les dimensions et les exigences de l’être-ensemble : Addis/Évangéline. Elle est une femme comblée. Cependant, elle ressent toujours le besoin d'aller à la quête de quelque réalité pour son accomplissement. Il lui faut courir le monde pour trouver ce quelque chose, indicible, ineffable qui se laisse approcher par l'idée de condition humaine. Elle quête son identité en recourant à ses ancêtres; elle enseigne l’altérité en partant des expériences de la vie et de ses origines.

Dès les premières lignes, Addis est présentée comme un personnage doué d’une intelligence rare. Un produit de l’histoire ou disons de plusieurs vies, Elle va jusqu’au fin fond de son histoire pour pouvoir y soutirer l’essentiel de ce qui fonderait son identité; une identité faite de culture religieuse et de culture humaine. Bref, elle est un personnage hybride : juive, musulmane, chrétienne, douée, berbère, touarègue, noire, française, modernité, tradition,… C'est une hybride par excellence.

Sa formation en histoire et sa passion pour la poésie la propulsent ainsi à la compréhension de la condition humaine dans ses visages multiples. Vaste champ d’investigation, comme on le constate en lisant le roman qui traverse, comme le vent, plusieurs cultures. Elle lit tout : Rimbaud, Neruda, Adonis…,

Addis/Évangéline s'élève dans son milieu de vie comme à l'étranger. Elle s'interroge et interroge continuellement.

Me connais-je ? Combien d'autres en moi? Et l'Autre n'est-il pas moi? Je suis moi et l'Autre. Une métaphore de la rencontre. Et de l'Autre à moi, la route. La route symbolique. La distance à abolir. Y ériger un pont. Pour mieux arriver à moi. Moi quintessencié!

Louenas Hassani pose la difficulté universelle qu’a l’humain d’aller vers l’Autre… celui qui n’est pas moi.

Deux situations principales ont retenu mon attention dans la lecture de ce roman : les minorités et la politisation de la religion.

En parlant de la minorité, l’auteur veut montrer que cette question est souvent soulevée lorsqu’il est question d’oppressions. Dans le roman les minorités ont un nom : Les Touaregs.

Les Touaregs sont un peu partout dans le Sahara. À l’origine, nomades, depuis le XXe siècles ils se sédentarisent un peu plus. Pour l’auteur, cette sédentarisation fait partie des oppressions multiples qu’ils subissent. Dans la mesure où leur mode de vie initial n’est en rien sédentaire, ils sont obligés de s’adapter quand la société leur oblige à occuper un lieu. Alors qu'ils sont libres dans leur manière de parcourir l’espace, leur imposer un mode de vie devient en quelque sorte une violence faite à leur endroit. À côté de ces oppressions, les Touaregs sont confrontés à une marginalisation politique et économique outrageuse. Ce qui conduit inéluctablement à une perte de repères. Nonobstant ce déracinement forcé, plusieurs Touaregs se sont fixés dans les villes, assumant tant bien que mal cette nouvelle forme d’intégration.

Le rapport religion-État est présenté dans le roman par une illustration : l’islamisme politique. Louenas Hassini questionne donc ici une réalité contemporaine et cela lui réussit très bien. Il montre que la guerre et l’islamisme sont des facteurs de déstabilisation et de restriction de la possibilité du déploiement humain. Ils ouvrent à l’égoïsme qui fait que désormais l’Autre est considéré comme un ennemi. Il invite donc à repenser les religions et à les adapter à certaines réalités sans en perdre la substantialité.

Pour elle, c’était bien simple, si les pays avaient essayé la charia et qu’ils avaient échoué ou, pire, que ça ne faisait que plonger les croyants dans des violences fratricides, c’était simplement parce qu’on n’avait pas bien appliqué le Saint Coran et la tradition prophétique ; on ne s’était pas inspirés des califes bien guidés, al-Khulafa’u r-Rashidan, et de leur gouvernement impartial ; on n’avait pas puisé dans l’islam vrai, celui à l’origine de la civilisation qui a illuminé le monde !

C’est un livre que je n’hésite pas à recommander aux personnes qui s'intéressent à la question de la condition humaine et de la situation de l'homme dans le monde d'aujourd'hui. Il est bien écrit et les thèmes de l’islamisme politique, de la paix, de la diversité ou encore de la soumission de la femme par la religion sont des thèmes très actuels À cela s’ajoute aussi les questions d’altérité et de fraternité qui constituent, du point de vue de l’auteur, des modes d’être universels incontournables.

Nathasha Pemba

Référence du livre

Louenas Hassani, La coureuse des vents, Ottawa, Les Éditions l'Interligne, 2016, 272 p.

Commenter cet article