Caroline Dion, Artiste-Peintre québécoise : L’art est une nécessité. L’art a toujours sa place dans l’espace comme dans le temps. L’art provoque l’histoire. L’art nous indique même où on va.

Publié le par Nathasha Pemba

 

« Le corps est le plus important, le plus artistique. Tous les gens sont beaux à leurs façons. Je ressors des choses à ma façon ; des choses que tout le monde ne voit pas.»

C’est au cours d’une exposition à la Place Laurier, à Québec que j’ai été attirée par les œuvres de Caroline Dion, Artiste Peintre Québécoise qui, a priori exposait des œuvres  faites essentiellement des « corps ». Je suis passionnée des corps, d’abord parce que je suis un corps, mais aussi parce que le corps c’est le premier élément que l’on voir lorsqu’on est en face d’un autre moi. En ce sens le corps est le lieu de la rencontre entre l’autre et moi.

C’est donc, en me rapprochant de Caroline Dion que j’ai pu solliciter cette interview, réalisés à l’intérieur d’un café, Place Laurier.

Qui est Caroline Dion ?

Caroline Dion est une artiste peintre Québécoise. Elle est née au Lac Saint Jean et a émergé à Victoriaville. Peintre (Artiste) dans l’âme, ce n’est que plus tard que cette technicienne en électrophysiologie, va se consacrer à cette passion et en faire un métier. Caroline Dion considère que l’art possède des vertus essentielles pour le bien-être de la personne humaine. Elle travaille de façon à capter l’essence émotionnelle de ses sujets. Ayant toujours été plongée dans les arts dès son jeune âge, elle explore plusieurs médiums et c'est la peinture qui a retenu son attention.

Caroline Dion est aussi récipiendaire de plus d’une vingtaine de bourses et de prix. Ce qui fait d’elle une artiste internationale, parce que même en dehors de Québec, elle expose ses oeuvres.

 De ma rencontre avec Caroline Dion, j’ai pu retenir qu’en transformant la nature et en travaillant, l’homme s’accomplit, s’élabore et s’affirme. C’est dans cette création, dans ce travail que l’artiste, dans son domaine de compétence cherche à exprimer de manière durable ce qu’il porte en lui, pour son bien-être et pour celui de son entourage. L’art apparaît ainsi comme étant la marque la plus généreuse, car c’est dans l’art que la vitalité humaine atteint son summum. C’est dans l’exécution artistique que l’artiste réalise sa béatitude et se sent bien dans son être et dans toute son humanité. C’est en récréant l’univers et les corps que Caroline Dion réussit à être en harmonie avec le monde, et avec elle-même. Le corps humain reste son sujet principal. Elle peint le nu et les expressions du visage.

Comment on le remarque, à travers les œuvres de Caroline Dion,  les corps sont non seulement recréés, mais il y a aussi la rencontre interhumaine qui passe par la médiation sensible. Quand cette médiation engendre la sensation esthétique, elle créé la solitude comme la rencontre de la nature et des corps. La perception esthétique ici devient le lieu de recueillement et du bien-être de l’humain. C’est pourquoi l’art telle que présenté par Caroline Dion, en conduisant à la découverte des corps, conduit à la découverte de soi-même, de l’autre et de l’univers. La contemplation d’une œuvre d’art devient donc un acte de la vie, puisque c’est l’être vivant, corps et esprit, tout entier qui fait cette expérience. L’expérience du beau est profondément humaine, parce qu’elle met en lien la dimension spirituelle et corporelle de l’humain. Disons que, selon Caroline Dion, un esprit, dépouillée de son corps, donc de sa sensibilité aura du mal à entrer dans l’univers esthétique. En somme aucun rendez-vous de la vie concrète et réelle, telle qu’elle se donne à voir et à vivre, ne se fait sans corps.

La parole à Caroline...

-Comment êtes-vous devenue artiste-peintre ?

Je l’ai toujours été. Même toute jeune, depuis que je dessine. Je suis tellement hyper active, que quand je ne pouvais pas bavarder, je dessinais. J’ai travaillé pendant dix huit ans comme technicienne en électrophysiologie. Ensuite, Je faisais dans mes temps perdus de la Haute couture pour enfants. J’ai commencé la peinture sur les vêtements que je peignais. Pour les besoins, je me suis mise à peindre professionnellement sur les toiles. Le cheminement de ma vie avec tout ce qui est arrivé m’a conduite à devenir artiste-peintre personnel.

-Que véhiculez-vous dans vos œuvres ?

Des émotions. Ceux qui me suivent disent que mes personnages parlent. Mais il est question des émotions intérieures. La sensibilité. Des émotions à fleur de peau. Après la sérénité. On est bien intérieure, parce que la sérénité ne se lit pas sur le visage, mais c’est quelque chose qui se vit de l’intérieur. Quand je peignais, c’était des nus qui laissent voir les émotions à travers le corps humain.

-Vos œuvres représentent des visages, des corps ; est-ce que la personne humaine est votre sujet de préférence ou bien ?

Le corps est mon sujet principal. Mais je fais beaucoup d’autres choses : des fleurs. Il m’arrive d’ailleurs d’intégrer des visages dans mes paysages. Tout ce qui m’inspire, je peins.

 

Y-a-t-il un lien entre l’art et le corps ?

Oui. Bien évidemment qu’il y a un lien entre l’art et le corps. Le corps est ce qu’il y a de plus important et de plus artistique. Tout le monde a un corps. Tous les gens sont beaux à leurs façons. Je ressens des choses à ma façon, des choses que tout le monde ne voit pas.

Pensez-vous que même dans un monde pleinement « technologisé », la sensibilité de l’être humain peut encore se laisser émouvoir par l’art ?

Oui, je pense que l’art a beaucoup à dire à notre monde. L’art est une nécessité. L’art a toujours sa place dans l’espace comme dans le temps. L’art provoque l’histoire. L’art nous indique même où on va. Il suscite même des questionnements qui sont plus que technologique.

En dehors de l’art, avez-vous d’autres passions ?

Le Spa, le   sport… J’aime la construction. J’aime la nature, le bois. Je suis un petit peu garçon manqué… J’aime les gens et avant je travaillais dans le milieu hospitalier. Je pense que la chose qui va encore plus me chercher ce sont les sciences.

Quels types de science ?

Microbiologie, la nature, la chimie.

Êtes-vous satisfaite de votre travail ?

Oui, ils apprennent à me connaître. C’est coloré, c’est audacieux. On n’est jamais unique, mais chacun a sa personnalité et sa place.

En quoi l’art peut-il être considéré comme  une source de bien-être ?

L’art  est une véritable source de bien-être parce que créer du bonheur et donner du sens font partie de ses vocations. Transmettre aussi. L’art apporte toujours quelque chose de plus. Il est certes l’expression d’une sensibilité personnelle, mais il est aussi tourné vers d’autres personnes. Par exemple, les yeux transmettent la vraie personnalité de chacun et on peut voir au tout profond d'une personne en les regardant  dans les yeux. Ce que le corps dégage c'est une sérénité, une émotion. Il dégage L'expérience de la vie : passé,  présent et à venir...

 

Propos recueillis par  Nathasha Pemba

 

Site de Caroline Dion: https://carolinedion-car-di.blog4ever.com

 

Publié dans Femmes Inspirantes

Commenter cet article