Hier j'ai eu une petite pensée pour le modèle d'intégration français. Je

Publié le par Nathasha Pemba

Hier j'ai eu une petite pensée pour le modèle d'intégration français. Je suis devenue accro à deux boulangeries québécoises. Pour deux choses: ils font du bon pain et de bons croissants. Seulement, je me suis rendue compte que depuis que j'y vais, je n'ai jamais rencontré de Noirs. Je me suis dit que, probablement un Noir se posait la même question que moi s'il venait aux heures où je n'étais pas là. Et puis, ce n'est pas tous les jours que j'y vais. Hier, j'y ai fait un tour. Je n'avais pas prévu de lunch pour midi, il m'en fallait un. Je me suis rendue compte que presque tout le personnel me souriait. L'habitude certainement. Et la vendeuse. Lorsque j'ai fait ma commande, elle s'est rendue compte que je m'étais trompée. Elle m'a rappelé ce que j'ai pris la dernière fois. J'ai souri.

Et puis je lui ai demandé:

-De quel coin de France venez-vous?

-Je suis Alsacienne?

Je pensais que vous étiez de Limoges.

-Non.

Elle a souri. Le premier jour, j'avais su, par son accent, qu'elle était Française. Je suis allée m'asseoir sur une immense table vide. Je me suis assise au bout pour voir les gens rentrer. Et je voyais tout le monde. Chacun concentré sur son menu, ses amis, un journal… Bref. Pas de regard soupçonneux. Rien. L'ambiance était belle quoi. Mais la fréquentation d'une certaine catégorie de personnes dans ce genre de lieu m'a fait penser que le modèle du multiculturalisme pouvait aussi générer le communautarisme. Bref, on se tolère, on est côte à côte, mais toujours étranger. Les Jaunes vont chez les Jaunes, les Bleus chez les Bleus, les Noirs chez les Noirs et les Blancs chez les Blancs. Puis j'ai pensé que le modèle d'intégration français n'était pas si mal que ça finalement… Peut-être qu'il faut davantage l'expliquer en la séparant de l'idée d'assimilation… Le modèle est malade ou en crise. Doit-on pour autant l'abandonner ? Si on abandonnait tous nos malades, que deviendrait le monde. Intégration et acceptation des différences sont-elles vraiment incompatibles ?

Commenter cet article