Une pensée pour René...et aussi pour Céline

Publié le par Nathasha Pemba

René Angélil : L’amour au-delà de la mort !

Céline et René : Une manière d’aimer et de s’aimer!

Quand on aime, on a des envies d’amours, de présence…

On ne désire qu’une chose, c’est que l’être aimé demeure…

Même au milieu des occupations les plus ultimes…On aime...

Si la tempête s’en vient, elle finit par s’en aller…parce que l’amour est plus fort…

Vivre au-dessus de ses forces…parce que finalement tout ce qui est au-dessus des forces et porté par l’Amour.

De ce que René est pour Céline, je n’ai retenu que l’amour...

Je ne parle pas au passé parce que l’amour de Céline pour René et l’amour de René pour Céline c’est ce qui est toujours…parce que l’amour c’est ce qui est éternel. Il n’a pas d’époque, il n’a pas de temps, il n’a pas de lieu. Il est seulement amour...

Cet amour qu’elle chante dans My heart will go on

Une chanson qui traduit bien sa relation fusionnelle et désormais éternelle :

Every night in my dreams

I see you, I feel you

That is how I know you go on

Far across the distance

And spaces between us

You have come to show you go on

 

De René à Céline, je dédie cette strophe de « I’am your Angel » (Céline Dion & R. Kelly)

I'll be your cloud up in the sky

I'll be your shoulder when you cry

I'll hear your voices when you call me

I am your angel

And when all hope is gone, I'm here

No matter how far you are, I'm near

It makes no difference who you are

I am your angel, I'm your angel

L’ange, c’est celui qui protège…C’est celui qui a toujours été là…celui qui ne part jamais parce qu’il est toujours là…visible et invisible. C'est ce qu'est René pour Céline...un Ange.

L’amour les a entrainés dans l’amour…pour s’aimer on peut être amené à prendre des risques. Ils ont pris des risques. Au début, sans trop savoir où l’on va, l’amour peut paraître presque incertain. Fragilités, humanité, facilités et difficultés en forment le socle. On s’y élance dans la résonance franchissant monts et vaux seulement avec l’espérance. Plus on le vit, plus on existe.

René reste l’exemple de celui qui a aimé, mais aussi de celui qui a toujours su accorder à autrui sa place, considérant que notre rayonnement, quoique planétaire n’est jamais une raison d’oublier l’existence des autres. Il est celui qui a compris que l’amour finalement reste la seule richesse qui ne s’étiole pas.

En amour c’est comme en musique, il faut savoir mêler les bonnes notes pour faire voler un joli son. Certes cela ne se compose pas d’un trait. Il faut du temps. Il faut de la volonté. Il faut de la patience. Bref il faut du cœur.

C’est finalement l’amour, le plus grand héritage qu’il laisse à Céline, à ses enfants, à sa famille, à la musique, au Québec, au Canada, au Moyen-Orient et à l’univers. C’est ainsi qu’il vivra toujours...

Écoutons Céline:

« La vie m’a fait un beau cadeau en le mettant sur ma route. Et elle a fait un beau cadeau à tous ceux qui ont eu la chance de bien le connaître et de le côtoyer. C’est un homme qui a un grand cœur. Il est tellement généreux, sensible et attentif ! Souvent, on a l’impression qu’il ne vit que pour les autres. Il est toujours là pour aider un proche, pour rendre quelqu’un heureux. C’est incroyable tout ce qu’il a pu faire pour moi ! Je pourrais en parler pendant des heures. Ce que j’aime aussi de lui, c’est qu’il est capable de s’émerveiller devant les petites choses de la vie. Il regarde encore la vie avec des yeux d’enfants ».

(Interview dans 7Jours repris dans l’édition « Hommage à René » par les Éditeurs de 7Jours, Janvier 2015 à la page 38)

 

Nathasha Pemba

Publié dans visions du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La jeune fleur 20/01/2016 18:29

Tres touchant (y) :)