Aleph de Paulo Coelho: L'amour est une mission qui traverse l'existence de l'être humain

Publié le par Pénélope MAVOUNGOU

"Je serai naturellement capable d'aimer au-dessus de tout désamour, De donner, même déposséder de tout, De travailler joyeusement même au milieu de tous les obstacles, De tendre la main malgré la plus complète solitude et l'abandon, De sécher des larmes malgré mon chagrin, De croire même si l'on ne croit pas en moi." Paulo Coelho (Aleph)

J'ai découvert l'oeuvre de Paulo Coelho par les citations. Ensuite, j'ai commencé à le lire.

Le créateur m'avait-il précréé au Japon? Je me le suis toujours demandé, car quand je commence à lire un roman, je commence toujours par la fin. La sensation que cela me donne est inexplicable, mais je termine toujours par le début. Et je comprends mieux. C'est un peu comme si je lisais un Manga!

C'est donc tout naturellement par la fin que j'ai commencé à lire "ALEPH" de Paulo Coelho, et donc, selon ma logique, que j'ai terminé par le début.

Mais c'est quand je suis arrivée au milieu du livre que j'ai été conquise. À la page 160, il est écrit: " La quête de la paix est une manière de prier qui finit par générer lumière et chaleur. Oubliez-vous un peu, sachez que dans la lumière se trouve la sagesse et que dans la chaleur réside la compassion. En marchant sur cette planète, essayez de noter la vraie forme des cieux et de la terre. Ce sera possible si vous ne vous laissez pas paralyser par la peur et décidez que tous vos gestes et attitudes correspondent à ce que vous pensez."

Ma déduction personnelle:

Aleph est:

  • Invitation à la réflexion
  • Apprentissage avec l'autre…la recherche du meilleur.
  • Un homme qui se perd pour se trouver. Chercher l'amour sans concession, sans artifice, sans appartenir à une classe sociale quelconque: chercher simplement l'amour, dans la liberté…

Mais,

on reste toujours dans l'optique que l'oeuvre d'art ou bien l'oeuvre littéraire est subjectif. Cela dépend de la personne qui lit. Comme toutes les oeuvres, Aleph a bien de limites, surtout lorsque cela vient d'un grand auteur comme Paulo Coelho.

Nathasha Pemba

Commenter cet article